Lanaudart logo Édition décembre 2022 / 81e édition
6
Dans sa sixième année!

Festival international de cinéma Vues d'Afrique

Partager
Mise à jour: 17 mars 2022
Le trente-huitième Festival international de cinéma Vues d’Afrique
propulsé par TV5

Tel qu’annoncé lors du dévoilement de la programmation, le trente-huitième Festival international de cinéma Vues d’Afrique est fier d’annoncer les douze films accessibles gratuitement sur la plateforme tv5unis.ca, partout au Canada (les titres avec un * sont aussi disponibles à l’international), du 26 au 31 mars inclusivement.

Much Loved de Nabil Ayouch (Maroc) - 2015 – 1 h 44min – langue : arabe : sous-titres français

Marrakech aujourd’hui… Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent une vie d’amour à vendre. Ce sont des putains, des objets de désir, des éclairs de chair. Dans la chaleur de la nuit l’argent coule à flots, au rythme des plaisirs et des humiliations subis. Mais unies dans leur féminité, elles sont les reines de leur royaume. Pleins de lumière, de dignité et de joie, ils parviennent à garder leur esprit et leurs rêves vivants. Ils sont aimés, ils ne sont pas aimés, ils sont trop aimés…

L’Œil du cyclone de Sékou Traoré (Burkina Faso) - 2015 - 1 h 30 - langue : français

Dans un pays d’Afrique en proie à la guerre civile, une jeune avocate est commise d’office à la défense d’un rebelle accusé de crimes de guerre. À travers la partie d’échecs qui s’engage entre l’avocate idéaliste et l’ex-enfant soldat, vont s’affronter deux visages de l’Afrique d’aujourd’hui. Et la cellule de la prison va devenir l’œil du cyclone d’un printemps africain qui emportera le pouvoir en place.

La vie de château de Modi Barry et Cédric Ido (Guinée/BurkinaFaso/France) 2017 - 1 h 21 - langue : français

Paris, station Château d’Eau. Charles est le chef d’un groupe de rabatteurs employés par les salons de coiffure afro du quartier. Charismatique, Charles règne sur son bout de trottoir où on le surnomme le «Prince». Il est même sur le point de s’installer à son compte et de racheter le salon d’un barbier kurde dont les affaires périclitent. Mais un service rendu à un ami jaloux et l’ascension, sur le boulevard, d’un jeune rival aux méthodes plus agressives vont l’entraîner dans une dangereuse spirale dont ses rêves, sa réputation et sa garde-robe ne sortiront pas indemnes.

Pièces d’identités de Mwezé Ngangura (Congo/Belgique) 1998 - 1 h 33 - langue : français

Mani Bongo, vieux roi zaïrois, décide de partir à la recherche de sa fille Mwana, qu’il a envoyée en Belgique dès l’âge de huit ans et dont il est sans nouvelles depuis longtemps. En débarquant à l’aéroport de Bruxelles, paré des symboles de son pouvoir traditionnel, il sera confronté à l’Europe et à divers personnages…

L’homme de sable, le cinéma de Thierry Michel de José-Luis Penafuerte (Belgique) 2013 - 1 h 10 - langue : français *

En quarante ans de carrière déjà, avec une filmographie riche, Thierry Michel semble être un réalisateur insatiable. Dégager en un film les lignes de force de ce travail d’une vie tient du défi. José-Luis Peñafuerte le relève avec brio, et signe un portrait organique et intimiste.

Douvan jou ka levé (Le jour se lèvera) de Gessica Généus (Haïti) 2017 - 51 min. - langue : créole | sous-titres français *

Quelle est cette «maladie de l’âme» qui ronge le peuple haïtien? Ce film autobiographique cherche à comprendre cette forme «d’ambivalence culturelle» exprimée principalement à travers la spiritualité en s’appuyant sur le cheminement personnel de la réalisatrice, marqué par la maladie mentale de sa mère. Une maladie qui, selon elle, est une malédiction des esprits vodous.

Bamako d’Abderrahmane Sissako (France/ Mali) 2006 - 1 h 58 - langue : français/bambara | sous-titres français

Melé est chanteuse dans un bar, son mari Chaka est sans travail, leur couple se déchire… Dans la cour de la maison qu’ils partagent avec d’autres familles, un tribunal a été installé. Des représentants de la société civile africaine ont engagé une procédure judiciaire contre la Banque Mondiale et le FMI qu’ils jugent responsables du drame qui secoue l’Afrique. Entre plaidoiries et témoignages, la vie continue dans la cour. Chaka semble indifférent à cette volonté inédite de l’Afrique de réclamer ses droits…

Le bonnet de Modibo de Boubakar Diallo (Burkina Faso) 2019 - 1 h 30 - langue : français *

Modibo prend sa retraite lorsqu’une délégation de son village débarque à l’improviste. Réputé incorruptible fonctionnaire, on lui demande de devenir le nouveau chef du village pour éviter qu’il ne tombe sous la coupe du vénal Kayouré. Le hic, Modibo n’en veut pas de ce bonnet de chef, car il goûte peu les querelles ancestrales de clocher et a d’autres plans pour sa retraite…

Les chevaux de Dieu de Nabil Ayouch (Maroc) 2012 - 1 h 45 - langue : arabe | sous-titres français

Yachine, dix ans, et son frère Hamid, treize ans, vivent à Sidi Moumen, un bidonville pauvre de la périphérie de Casablanca. Hamid, bien qu’il ne soit qu’un enfant, travaille dur pour subvenir aux besoins de sa famille par tous les moyens, mais finit par s’impliquer dans la «mauvaise foule» et devient l’un des patrons du quartier local. Pourtant, il continue de protéger farouchement son frère Yachine – jusqu’au jour où il est jeté en prison. Après des années de prison, Hamid rentre chez lui en homme changé : il est maintenant un fondamentaliste islamique. De retour, il convainc Yachine et ses copains de rejoindre leur frère. L’Imam Abou Zoubeir, leur chef spirituel, commence à diriger leur préparation physique et mentale – et un jour, il leur dit qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs. Le 16 mai 2003, ils commettent l’acte de terrorisme le plus meurtrier de l’histoire du Maroc.

L’affaire Chebaya, un crime d’État? de Thierry Michel (Belgique) 2012 - 1 h 36 - langue : français *

Tragi-comédie politique, L’affaire Chebeya, un crime d’État? est à la fois la chronique d’un procès exceptionnel et un passionnant thriller politique. Dès la découverte macabre à Kinshasa du cadavre de Floribert Chebeya, militant congolais des droits de l’homme, Thierry Michel a pris sa caméra pour partir sur les traces de cet activiste internationalement reconnu.

La villa rouge de Boubakar Diallo (Burkina Faso) 2019 - 1 h 36 - langue : français *

Cristal, Shérifa et Salma sont trois belles jeunes filles habitant ensemble la Villa rouge. Profession : call-girls. Leur ami et partenaire ameneur d’affaires, Bibiche, est un jeune homme dont les manières efféminées font deviner qu’il s’agit d’un homosexuel. En cas de pépin, le trio de filles, dont les sobriquets professionnels sont Tia 1, Tia 2 et Tia 3, sont sous la protection du commissaire Fofana qui en profite pour s’offrir gratuitement des séances de massage à la Villa. Lorsque l’épouse d’un de leurs invités, comme elles appellent leurs clients distingués, fait irruption à la Villa rouge, c’est la panique à bord… Mais, le jour où un habitué est victime d’une crise cardiaque, le commissaire Fofana ne peut rien faire pour aider les filles.

Légitime défense de Zack Orji et Kandé Fatoumata (Guinée/Nigéria) 2018 - 1 h 36 - langue : français *

Halima, brillante avocate connue pour son combat pour la défense des femmes se retrouve contre toute attente devant la justice pour le meurtre de son propre mari. Pour échapper à la prison à vie requise contre elle, l’avocate d’Halima va-t-elle réussir la délicate mission de démontrer à la cour qu’il s’agit bien d’un cas de légitime défense? Les événements qui se déroulent nous entraînent dans une succession d’actions qui mêlent à la fois l’intimité, le familial, le professionnel dans un suspense haletant. L’histoire de ce film est l’expression d’une sociologie de la violence traitée avec beaucoup d’humanité.

Rappelons que du premier au 10 avril, les projections du festival se tiendront en salle, à la Cinémathèque québécoise de Montréal. Pour agrémenter les rencontres, le «Baobar» sera à la disposition de tous à compter de onze heures trente, les fins de semaine, et de dix-sept heures trente, les autres jours.

Le calendrier de la mise en ligne des films sur TV5 est disponible au https://vuesdafrique.org/en-ligne/

La programmation et la vente des billets est accessible : https://vuesdafrique.org/programmation/

Billet à l’unité : Dix dollars (10$), Ciné-carte/Quatre entrées : Trente-deux dollars (32$), CinéMax/Dix entrées : Soixante-dix dollars (70$) et Laissez-passer illimité : Cent dollars (100$).

Le trente-huitième Festival international de cinéma Vues d’Afrique
hybride et en ligne

Le 15 mars, lors d’une conférence de presse tenue à la Cinémathèque québécoise, le Festival international de cinéma Vues d’Afrique, présenté par Québecor et propulsé par TV5, a dévoilé sa programmation. Les projections débuteront en ligne sur tv5unis.ca du 26 au 31 mars avec douze longs métrages parmi lesquels on peut citer Bamako d’Abderrahmane Sissako avec Aïssa Maïga, marraine (aux côtés du parrain Richard Jean-Baptiste) de ce trente-huitième festival, Les chevaux de Dieu et Much Loved (avec Loubna Abidar, actrice multiprimée) de Nabil Ayouch, dont le plus récent film Haut et fort sera présenté lors de la soirée inaugurale du premier avril, ou L’affaire Chebeya, un crime d’État de Thierry Michel, présent à Montréal pour son documentaire L’empire du silence, son film synthèse de toutes les dénonciations qu’il a illustrées par le passé.

En salle, à la Cinémathèque québécoise, à compter du premier avril, ce sont cent dix-huit titres de films qui seront programmés, dont dix-huit longs métrages, huit moyens métrages et quatre-vingt-douze courts métrages en provenance de quarante-quatre pays de productions ou coproductions. À noter que 30 % de ces œuvres ont été réalisées par des femmes, ce qui est significatif et répond à l’engagement du Centre d’étude et de coopération international (CECI) qui milite en faveur de l’égalité homme / femme dans le cinéma africain. Un prix reflétant cet aspect de la production est à nouveau remis dans le cadre du trente-huitième Vues d’Afrique. La très grande majorité des films (72 %) sont de 2021 et 20 % de 2020.

La trente-huitième édition de Vues d’Afrique est très fière de présenter, en première canadienne et hors compétition, quatre films de cinéastes reconnus à l’échelle internationale. En ouverture, le long métrage de Nabil Ayouch sera l’occasion de célébrer le soixantième anniversaire des relations diplomatiques entre le Canada et le Maroc, la marraine du festival présentera Marcher sur l’eau, son documentaire réalisé en 2021. Inédit au pays, Libérez l’Afrique de Martin Baer décrit la politique africaine de l’Allemagne de la seconde guerre mondiale à nos jours avec des archives inédites. Moment fort de cette édition, la projection de la série intitulée Exterminez toutes les brutes de Raoul Peck fait le point sur la colonisation et les multiples génocides, ainsi que leurs conséquences reliées à l’impérialisme et au suprématisme blanc : cette œuvre monumentale de plus de trois heures sera offerte gratuitement au public le samedi, 2 avril, et le dimanche, 10 avril, à quinze heures trente, dans la grande salle de la cinémathèque. À ces projections s’ajoute Yerusalem, l’histoire incroyable des juifs éthiopiens de Levi Zini, présenté en collaboration avec le Consulat d’Israël de Montréal.

La compétition des longs métrages de fiction propose sept longs métrages et vingt-deux courts métrages sont en lice pour les prix du long métrage et court métrage décernés par l’OIF, les prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice offerts par le Centre culturel marocain de Montréal et valorisés par Maghreb Observateur. Dans cette sélection, on peut citer les premières canadiennes des films Les trois lascars de Boubakar Diallo (Burkina Faso), nommée meilleure comédie africaine de l’année et Vivre pour t’aimer de Kande Fatoumata (Guinée). À noter que Twist à Bamako, le plus récent long métrage de Robert Guédiguian est inclus dans cette compétition.

La sélection internationale des documentaires comprend sept longs métrages, trois moyens métrages et huit courts métrages. Parmi les nombreuses premières canadiennes, se démarquent Poumon vert et tapis rouge de Luc Marescot, Sankara de Yohan Malka, Dakar-Djibouti, le butin du musée de l’Homme de Marc Petitjean. Avec le film de Martin Baer, c’est sur une réflexion historique que le festival met l’accent.

Pour mettre en valeur l’émergence de nouveaux cinéastes, le festival propose une section nommée Regards sur la relève dans laquelle le public pourra découvrir vingt œuvres récentes qui seront couronnées par les prix du long et du court et moyen métrage remis par Maghreb Observateur. Dans cette section, on retrouve, entre autres, Maria Kristu - l’histoire de Buumba de Paul Wilo (Zambie) ou L’ascenseur de la vie de Peter Mouhamed Ayivor (Sénégal).

Les séries web ou TV et les films d’animation sont un fleuron traditionnel du trente-huitième Festival international de cinéma Vues d’Afrique : pas moins de dix séries et vingt-trois œuvres d’animation sont au programme cette année. On y retrouve Vaillante de Tom et James Collins (Afrique du Sud), produit pour la télévision, un réquisitoire contre le mariage forcé et le film d’animation Halima’s vote de Mbuotidem Johnson (Nigéria) dénonce le trafic forcé des votes.

Comme chaque année, Vues d’Afrique offre aux cinéastes canadiens l’occasion de présenter des films de tous formats qui s’intéressent à des problématiques inhérentes aux pays africains et créoles. Trois longs métrages et cinquante et un courts et moyens métrages sont programmées dans cette section dans laquelle on peut citer La rockeuse du désert de Sara Nacer, portrait intime de l’extraordinaire Hasna El Becharia, pionnière des artistes Gwanas ou La lutte toujours d’Olivier Lassu qui présente l’histoire de la Ligue des Noirs du Québec à travers cinquante ans de luttes contre les inégalités sociales. La série Mamma un chef, une production de TV5, réalisée par Jack Lafortune, comporte un épisode consacré au Congo qui sera projeté en primeur et en présence de l’humoriste Erich Preach.

Depuis les débuts du festival, le Centre international de documentation et d'information haïtienne, caribéenne et afro-canadienne (CIDIHCA) réunit un jury pour remettre le Prix Droits de la personne à des films présentés parmi toutes les sections du festival. Par ailleurs, l’institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), partenaire de Vues d’Afrique, décernera le prix du Développement durable choisi parmi les films présentés

Enfin, le festival est heureux que le CECI, partenaire de longue date, ait choisi de décerner un Prix spécial au film de l’ensemble de la programmation qui illustre le mieux la promotion de Agir pour l’égalité́.

Grâce à la collaboration de la Commission canadienne de l’UNESCO et du Centre de services scolaire de Montréal, le festival réserve des «Matinées Ciné-Jeunesse». Un public jeune pourra assister à des ateliers consacrés à la découverte d’instruments de musique, de danses et de contes africains et aussi aux projections d’une sélection des 100 «Heures Chrono» en provenance de Dakar. Un webinaire permettra aux participants du Sénégal et du Québec de partager leur expérience. Le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ), offrira durant ces matinées ciné-jeunesse, une série d’ateliers sur les formations et les métiers du septième art, ainsi que des séances de démonstration des effets spéciaux.

Événement spécial cette année, Vues d’Afrique organise une visite aux Jardins de l’Écoumène afin de promouvoir le Biochar, un produit 100 % biologique, au potentiel considérable pour l’Afrique et dont la production démarre au Québec.

Grâce au partenariat avec la Maison du développement durable de Montréal, l’exposition Sous la voûte nubienne - développement est présentée sur place, ainsi que les projections accompagnées des cinéastes de Poumon vert tapis rouge et Marcher sur l’eau. Ce dernier long métrage sera également projeté le 6 avril au Musée des civilisations de Québec, en présence de la réalisatrice sous l’égide de l’IFFD.

Pour agrémenter les rencontres à la Cinémathèque québécoise, le «Baobar» sera à la disposition de tous à compter de onze heures trente, les fins de semaine, et de dix-sept heures trente, les autres jours. C’est au Baobar, à l’occasion de cette conférence de presse, que sera lancée la «Poutine africaine» plat de fusion gastronomique concocté par le chef Edmond du restaurant Diolo de Montréal, que les participants pourront déguster sur place!

Le calendrier de la mise en ligne des films sur TV5 est disponible au https://vuesdafrique.org/en-ligne/

La programmation et la vente des billets est accessible : https://vuesdafrique.org/programmation/

Billet à l’unité : Dix dollars (10$), Ciné-carte/Quatre entrées : Trente-deux dollars (32$), CinéMax/Dix entrées : Soixante-dix dollars (70$) et Laissez-passer illimité : Cent dollars (100$).

Lanaudart logo

Le guide bimensuel des arts et de la culture de Lanaudière
Dans sa sixième année! / 81e édition

Accueil | Ce mois-ci | Bientôt | Expositions / Littérature | Actualités | Portraits | Cinéma / Guide

Nous joindre

© 2017-2022 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.