Lanaudart logo Édition octobre 2021 / 54e édition
4
Depuis quatre ans!

Le Festival International du Film sur l'Art

Partager
Mise à jour: 2 octobre 2021
ARTS.FILM : un espace virtuel unique de diffusion
dédié aux films sur l’art

ARTS.FILM a été conçu comme un centre d’art : en plus d’une collection d’une centaine de films disponibles en tout temps et renouvelés constamment, ARTS.FILM fera écho à la communauté artistique d’ici en diffusant des événements, des performances, des captations, des directs, des discussions. C’est un véritable lieu de diffusion actuel et varié dédié à l’image de l’art.

«ARTS.FILM est un outil majeur qui sera tant au service des publics à travers le Canada que des artistes et créateurs·rices. Beaucoup d’organismes, de compagnies de danse ou de théâtre, d’orchestres ont créé des contenus numériques au cours des derniers mois, repoussant ainsi les limites de leurs métiers. ARTS.FILM est là pour les aider à mettre en ligne ces contenus et à rencontrer un vaste public en mettant au service de notre communauté notre expertise.» a déclaré Philippe U. del Drago, directeur général et artistique du FIFA.

En plus de refléter la vitalité du film sur l’art et de prolonger la diffusion et le rayonnement des œuvres célébrées au festival, ARTS.FILM aspire à devenir une Grande Place de la webdiffusion artistique sous toutes ses formes, où des festivals partenaires et des institutions culturelles complices proposeront des programmations éphémères et des sélections d’œuvres inédites.

Unique au Canada

Aucune plateforme aussi complète n’existe à l’heure actuelle. S’appuyant sur une expérience de près de quarante ans à faire rayonner le film sur l’art et les arts médiatiques, Le FIFA est l’organisme tout désigné pour faire naître cet espace de webdiffusion.

Des contenus d’ici

Faire découvrir les artistes.

ARTS.FILM offrira une place de choix aux contenus d’ici : que ce soit dans la programmation régulière ou événementielle, il offrira un écrin technologique aux créateur·rice·s, une sécurité accrue de leurs contenus et une meilleure découvrabilité.

Des films et des contenus que vous ne verrez pas ailleurs

Place à l’inédit.

Le répertoire d’ART.FILMS, comme celui du FIFA, est constitué de films qui prennent rarement l’affiche en salle et qui ne sont pas diffusés à la télévision. Cet espace de webdiffusion offrira une occasion rare de visionner ces films québécois, canadiens et internationaux, autrement voués à une diffusion restreinte et à une courte durée de vie.

Une vision élargie du film sur l’art

Nous ne connaissons pas les silos.

Les cinéphiles auront le choix parmi une sélection vraiment éclectique qui couvre le vaste spectre de l’art, de la culture et de la créativité. Documentaires sur l’art, fictions, films biographiques, captations de spectacles, prestations artistiques ou vidéos d’art seront accessibles dans l'ensemble du pays, en tout temps. Des arts classiques jusqu’aux formes interdisciplinaires et aux arts médiatiques, ARTS.FILM décloisonne et brasse les talents.

Des programmations spéciales en co-présentation

ARTS.FILM aime le travail d’équipe.

Avec des partenaires renommés tant nationaux qu'internationaux, ARTS.FILM proposera des programmations variées, éphémères ou de longue durée. Des invité·e·s spéciaux, des Cartes blanches, des collections inédites sur le web ou même des festivals seront imaginées et partagées.

La diversité à son meilleur

Varions les perspectives.

ARTS.FILM embrasse un regard multiple et se donne la mission de refléter la diversité culturelle, de genres, de points de vue et de pratiques, entre autres. Les collections et programmes feront dialoguer les artistes issu·e·s de communautés variées, appartenant à des minorités visibles, culturelles, sexuelles, de genre, tout comme des représentant·e·s des Premières Nations et des communautés inuites.

Modèle de rétribution des ayant-droits unique et équitable

Participons activement à notre milieu.

ARTS.FILM est une initiative sans but lucratif qui redistribue de façon équitable aux artistes et aux ayant-droits. Une partie significative des recettes est redonnée directement au milieu.

Les sorties du mois d'octobre

Dans la lignée de la rentrée culturelle qui annonçait la richesse de sa première saison automnale, ARTS.FILM est heureux de partager son actualité qui compte en octobre plusieurs nouveautés et consacre deux focus aux prolifiques cinéastes Alain Fleischer, artiste multidisciplinaire français, et à la Canadienne Jennifer Alleyn, reconnue pour ses films sur l’art devenus incontournables – La vie imaginée de Jacques Monory (2005), A Few Lost Words (2011), L’atelier de mon père (2011), Dix fois Dix (2011) – et son long-métrage de fiction Impetus (2018), salué par la critique, avec Pascale Bussières et Emmanuel Schwartz. Quant à l’hommage à Alain Fleischer, ARTS.FILM présente son dernier opus avec J'ai retrouvé Christian B. (2020) et propose de revisiter deux autres de ses films : Minutes de silence (2018), qui met en vedette quatorze chorégraphes de renommée internationale invité·e·s à répondre sur l’importance de l’environnement sonore en danse et Different Trains (2017), qui met en image l’interprétation de la célèbre œuvre Different Trains de Steve Reich par le Quatuor A4&+.

Dans l’esprit de la thématique musique-architecture-design ce mois-ci, les abonné·e·s de la plateforme découvriront les cinq premières captations des interprétations de Louis Lortie de l’intégrale des sonates pour piano de Beethoven dans la Salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal. Au-delà de la Journée internationale de l’architecture, le 4 octobre, ARTS.FILM continue de célébrer l'architecture et le design, avec une sélection d’une douzaine de films. Parmi ces derniers figurent notamment Fondations d’Olivier D. Asselin, The New Bauhaus d’Alysa Nahmias et Art on Fire de Gerald Fox portant sur les installations éphémères construites lors de Burning Man, dans le Nevada. Soulignons l’ajout des remarquables portraits documentaires de Tony Curtis et Jerry Lewis, Tony Curtis, le gamin du Bronx de Ian Ayres, et Jerry Lewis, clown rebelle de Gregory Monro. Ces films s'ajoutent aux cent cinquante titres déjà présents sur la plateforme, en accès illimité à travers le Canada.

ARTS.FILM | Nouveautés d'octobre 2021

FOCUS/Jennifer Alleyn
Cinq films disponibles en ligne dès le 15 octobre 2021

Impetus de Jennifer Alleyn
Canada | 2018 | 1 h 34 m
Français et anglais | Sous-titres : anglais
Une cinéaste en plein tournage à New York se questionne sur l'origine du mouvement. Alors qu'elle tente de se reconstruire après un chagrin d'amour, un événement imprévu fait dévier la course de son film.

Dix fois Dix de Jennifer Alleyn

Canada | 2011 | 57 m 23 s
Français et anglais | Sous-titres : anglais
Soldat volontaire en 1914; témoin de la montée Nazie en 1933, le peintre, et graveur allemand Otto Dix dénonce l’horreur. L’art est pour lui une arme.

A Few Lost Words de Jennifer Alleyn

Canada | 2011 | 10 m 43 s
Français
Inspirée par les œuvres du peintre Edmund Alleyn, la romancière canadienne Nancy Huston compose en 2011, un soliloque poétique sur le détachement. La cinéaste Jennifer Alleyn en tire A few lost words, une vidéo expérimentale qui met en dialogue les mots et les images de deux artistes.

L’atelier de mon père de Jennifer Alleyn

Canada | 2008 | 1 h 12 m 04 s
Français et anglais | Sous-titres : français
En novembre 2001, le peintre québécois Edmund Alleyn (1931-2004) accepte d'être filmé dans son studio de Montréal par sa fille, la cinéaste Jennifer Alleyn. Une réflexion captivante sur le rôle de l'art dans notre vie.

La vie imaginée de Jacques Monory de Jennifer Alleyn

Canada | 2005 | 24 m 50 s
Français | Sous-titres : anglais
Depuis son atelier parisien, le peintre Jacques Monory présente les toiles de sa prochaine exposition. Dans ce portrait intimiste, le septuagénaire, en paix avec la trace qu'il laissera, évoque au passage les obsessions de toute une vie.

FOCUS/Alain Fleischer
Trois films disponibles en ligne dès le premier octobre 2021

J'ai retrouvé Christian B. d’Alain Fleischer
France / Espagne | 2019 | 1 h 1 m 29 s
Français et anglais
Alain Fleischer et Christian Boltanski
ont partagé une amitié indéfectible de cinquante ans et un projet documentaire inclassable - celui de filmer pour Fleischer et d’être filmé pour Boltanski.

Minutes de silence d’Alain Fleischer

France | 2018 | 28 m
Français
Quatorze chorégraphes de renommée internationale sont invités à répondre à la question suivante : à quel environnement sonore la danse peut-elle imposer une minute de silence?

Different Trains d’Alain Fleischer

France | 2017 | 30 m
Sans dialogue
Mise en images de l'interprétation par le Quatuor A4&+ de la célèbre œuvre Different Trains de Steve Reich, pour quatre quatuors à cordes simultanés.

Louis Lortie - Intégrale des sonates pour piano de Beethoven
Cinq des neuf captations de concerts ce mois-ci.

Disponibles en ligne dès le premier octobre 2021
Concert I : Sonates 1, 3, 5, 8 et 18
Concert II : Sonates 2, 6, 7, 11 et 17
Concert III : Sonates 10, 15 et 16


Disponibles en ligne dès le 15 octobre 2021
Concert IV : Sonates 4, 13 et 26
Concert V : Sonates 9, 12 et 14


Louis Lortie
avait dix ans quand il a découvert Beethoven. Cinquante ans plus tard, en 2020, pour le deux cent cinquantième anniversaire de naissance du grand compositeur, le célèbre pianiste canadien dévoilait devant une audience captivée son interprétation de l'intégrale des sonates pour piano de Beethoven, en direct de la Salle Bourgie de Montréal. Bien que les circonstances aient forcé le virtuose à terminer la série sans public, il compléta le cycle des trente-deux sonates avec passion et engagement, livrant une lecture personnelle et consciencieusement réfléchie de ce monument de la littérature pianistique.

Architecture - Nouveautés
Disponibles en ligne dès le 15 octobre 2021

Fondations d’Olivier D. Asselin
Canada | 2018 | 1 h 20
Français
Ardent défenseur de ce savoir-faire qui constitue un patrimoine immatériel d’une grande valeur, Mathieu Collette s’est investi corps et âme dans la fondation des Forges de Montréal, dans le quartier de Griffintown. Ce documentaire retrace son combat pour conserver le legs des forgerons, ainsi que son édifice considéré comme un lieu de forge incomparable au Canada.

The New Bauhaus d’Alysa Nahmias

États-Unis | 2019 | 1 h 29 m
Anglais
Dans les années 1920, l’artiste László Moholy-Nagy enseigne à la célèbre école du Bauhaus, en Allemagne, s’y imposant comme un visionnaire. Ce documentaire retrace le parcours de Moholy-Nagy au sein de l’emblématique établissement, jusqu’à son départ pour les États-Unis, en 1937, où il fondera le mouvement du New Bauhaus.

Art on Fire de Gerald Fox

Royaume-Uni | 2019 | 1 h 32 m
Anglais
En 1986, Burning Man est un événement annuel qui invite artistes, architectes et designers à créer des installations sculpturales dans le désert aride de Black Rock, au Nevada. Ce film met en relief le caractère hors norme de Burning Man, une manifestation artistique plus grande que nature.

Portraits - Nouveautés

Jerry Lewis, clown rebelle de Gregory Monro
France | 2016 | 1 h 35 s
Français et anglais | Sous-titres : français
Disponible en ligne dès le premier octobre 2021

Grâce à des images d'archives, photos et extraits de ses films les plus marquants, le réalisateur Gregory Monro invite le public à redécouvrir ce génie du comique que ses amis, les cinéastes et critiques – Sean Hayes, Pierre Etaix, Tony Lewis, Jonathan Rosenbaum et Martin Scorsese – décrivent comme une personnalité brillante et visionnaire, mais aussi profondément conflictuelle.

Tony Curtis, le gamin du Bronx de Ian Ayres
France | 2011 | 55 m 59 s
Français et anglais | Sous-titres : français
Disponible en ligne dès le 15 octobre 2021

Ce film est une incursion dans la vie intime et la carrière de Tony Curtis, icône d'Hollywood. Plus qu'une simple biographie, le documentaire dissèque, avec le concours du psychologue Glenn Wilson et du biographe Allan Hunter, le concept de la célébrité et son impact souvent dévastateur sur la vie de nombreuses stars du grand écran.

Informations pratiques

Plateforme ARTS.FILM
en ligne: https://arts.film/
Des films sur l'art à visionner en accès illimité, partout au pays, en tout temps et toute l’année.
Abonnement annuel au prix de soixante dollars (60$). Taxes incluses, frais de billetterie en sus.

Arts.Film/Programmation de l'automne 2021

Fort du succès du lancement d’Arts.Film le 29 mars 2021, au lendemain de sa trente-neuvième édition, Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de dévoiler la première saison automnale de sa plateforme qui s’impose déjà comme un véritable centre d’arts aux yeux du public canadien et de la communauté artistique. Proposant une programmation éclectique à la mesure de la richesse des films d’art et œuvres qui ont été produits par et à propos d’artistes de talent, ce nouvel espace de webdiffusion projette de diffuser de nombreux événements, performances, captations, directs et discussions.

«Cette première saison d’Arts.Film est une plongée inédite dans les pratiques artistiques les plus originales du monde entier. Misant sur le partage et la découvrabilité, nous sommes fier·ère·s d’offrir d’ores et déjà une programmation de plus de cent cinquante titres, une véritable prouesse! Celle-ci témoigne du bien-fondé de notre initiative et du privilège qu’elle confère à nos abonné·e·s depuis leur salon, à savoir (re)découvrir des films exceptionnels, mais aussi vivre des expériences uniques grâce à l’art.» a souligné Philippe U. del Drago, directeur général et artistique du FIFA.

Unique au monde, la plateforme fait place à l’inédit, avec des films qui prennent rarement l’affiche en salle et qui ne sont pas ou très rarement diffusés à la télévision. En capitalisant sur près de quarante ans d’expérience, Le Festival offre ainsi un écrin technologique aux créateur·rice·s., avec des contenus d’ici et des programmations spéciales, nées de collaborations avec des partenaires renommés tant nationaux qu’internationaux. Ayant pour ambition de refléter la diversité culturelle, de genres, de points de vue et de pratiques, les collections et programmes d’Arts.Film font naître un dialogue entre les artistes issu·e·s de communautés. Enfin, cette entité à but non lucratif permet de reverser les recettes de façon équitable aux artistes et aux ayant droits, soit une contribution directe au milieu artistique.

En cette saison, les musiques classiques et contemporaines seront particulièrement mises en valeur. Une série de films mettra de l’avant des interprètes canadien·ne·s. Tout d’abord, un véritable focus fait à la soprano et cheffe d’orchestre canadienne Barbara Hannigan à travers trois films : Barbara Hannigan : Premières répétitions et Music Is Music réalisés par son conjoint Mathieu Amalric, ainsi que Taking Risks de Maria Stodtmeier, dont la sortie sur Arts.Film est prévue le 17 septembre. La pianiste canadienne de renommée mondiale Eve Egoyan sera également présente avec Duet for Solo Piano de Su Rynard dès le 17 septembre.

L'intégralité des Sonates pour piano de Beethoven, interprétées par Louis Lortie et enregistrées à la Salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal seront disponibles sur Arts.Film. Réalisées par Kim Savoie-Thibault et Benoît Guérin, elles seront mises en ligne progressivement, chaque semaine, à partir du premier octobre.

Toujours de la Salle Bourgie, le jeune ensemble vocal Les Rugissants présentera la première vidéo de leur série Arches, qui met de l'avant des bâtiments iconiques de Montréal associés aux communautés qui ont façonné le centre-ville. La série comportera également des épisodes tournés au Musée McCord, à la Taverne Dominion et au Musée des Hospitalières. Cette série est réalisée par Alexandre de Bellefeuille.

Enfin, le jeune ensemble musical collectif9 présentera à partir du 17 décembre trois films musicaux : La nuit des chevaux volants réalisé par Benoît Fry, Rituæls réalisé par Benoît Fry et Lucas Harrison Rupnik, ainsi que Vagues et ombres, le plus récent film-concert de l’ensemble. Ce dernier est une ode à l'eau et un hommage aux couleurs et aux nuances de l'univers musical de Claude Debussy dont une performance intégrale de La mer. De plus, une nouvelle œuvre de la compositrice montréalaise Luna Pearl Woolf nous connecte au temps présent avec un regard contemporain sur notre relation au monde aquatique. Vagues et ombres inclut également une performance originale de théâtre d'ombres du duo montréalais Mere Phantoms.

Désireux de faire connaître celles et ceux qui sont derrière la caméra, Arts.Film présentera trois focus réalisateur·rice·s : L'artiste et cinéaste Jennifer Alleyn sera mise à l’honneur avec une rétrospective comptant cinq films : La vie imaginée de Jacques Monory (2005), portrait intimiste du peintre parisien Jacques Monory, L'atelier de mon père (2008) dans laquelle Jennifer Alleyn filme son père Edmund Alleyn, Dix fois Dix (2011) sur le peintre, et graveur allemand Otto Dix, A Few Lost Words (2011), vidéo qui met en dialogue les mots de Nancy Huston et les images du peintre Edmund Alleyn. S’ajoutera son film Impetus (2018) avec Pascale Bussières et Emmanuel Schwartz. La série de films sera mise en ligne le 15 octobre.

Né en 1944 et hongrois par son père, Alain Fleischer a suivi des études de linguistique, d’anthropologie et de biologie animale. Écrivain, Alain Fleischer, également cinéaste, photographe et plasticien, il est un des plus importants réalisateurs de films sur l’art au monde. Pour le faire connaître, Arts.Film présentera quatre de ses films. Ibos & Vitart architectes - Un art de la mesure (2019), portrait des architectes français Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart à travers six de leurs réalisations, Different Trains (2017), mise en images de l'interprétation par le Quatuor A4&+ de la célèbre œuvre Different Trains, de Steve Reich, pour quatre quatuors à cordes simultanés, Minutes de silence (2018) dans lequel quatorze chorégraphes de renommée internationale sont invités à répondre à la question suivante : à quel environnement sonore la danse peut-elle imposer une minute de silence? Finalement, J'ai retrouvé Christian B. (2020), documentaire exceptionnel filmé pendant cinquante ans dans lequel Alain Fleischer dresse un portrait intime de l’artiste Christian Boltanski, décédé le 14 juillet dernier. Le film a remporté le Prix du Meilleur Essai lors de la trente-neuvième édition du FIFA. Tous les films seront mis en ligne le premier octobre.

Enfin, Arts.Film fera découvrir au public canadien Pontus Lidberg. Chorégraphe, danseur et cinéaste né en Suède, il est notamment le directeur artistique du Danish Dance Theatre à Copenhague, au Danemark. Nous présenterons dès le 5 novembre Labyrinth Within (2011) qui a notamment remporté le Prix du meilleur film au Dance on Camera Festival de New York City et The Rain (2007), sublime film qui a notamment remporté le Prix du Meilleur Film au London International Dance Film Festival.

Dès le 24 septembre, en marge de la tenue en salle du Festival international de littérature (FIL), Arts.Film rediffusera des lectures web présentées lors de l’édition 2020 du festival. Quatre lectures seront disponibles pour une durée de trois mois : La géographie du bonheur de Véronique Marcotte, lu par Pascale Montpetit, Pas même le bruit d’un fleuve écrit et lu par Hélène Dorion, Pour qui je me prends de Lori Saint-Martin lu par Catherine de Léan et Chasse à l’homme de Sophie Létourneau lu par Émilie Bibeau.

Arts.Film proposera en décembre deux grandes séries télévisées. La première, intitulée Les maîtres du rêve (mise en ligne le 3 décembre), comporte quatre épisodes qui révèlent les coulisses de la création de bijoux d’exceptions par les plus grands joailliers au monde. La seconde, D’un genre à l’autre (mise en ligne le 17 décembre), part à la rencontre de personnages-clés du cinéma : le soldat, le psychopathe, l’alien et le robot. Ces figures héroïques ou personnages mythiques sont intimement liés à la notion de genres au cinéma : thriller, film de guerre, d’espionnage, de science-fiction. Cette série saura décrypter les mythes autour de ces figures du septième art.

Dès le 19 novembre, Arts.Film mettra en lumière la richesse cinématographique de la Suisse, grand producteur de films sur l’art au monde, en présentant une série de dix films dont Supersonic Airglow de Stefan Davix et Karim Patwa, Hidden Track de Martina Rieder et Karoline Arn sur le chanteur Stephan Eicher, ou encore Where Are You, João Gilberto? de Georges Gachot qui s’est mérité le Prix du Meilleur Essai au FIFA (2019).

Enfin, Arts.Film présentera une collection spéciale consacrée à l'architecture et au design cet automne. Composée d’une première sélection d’une douzaine de films, celle-ci présentera notamment Fondations d’Olivier D. Asselin, The New Bauhaus d’Alysa Nahmias. Art on Fire de Gerald Fox portant sur les installations éphémères construites lors de Burning Man, dans le Nevada.

En plus de ces séries et de ces focus, une trentaine de films seront mis en ligne dans le cadre des programmations régulières d’Arts.Film.

Parmi ceux-ci, soulignons :

THEATRON. Romeo Castellucci de Giulio Boato
(sortie le 17 septembre 2021)

Christian Dior, le couturier et son double de Philippe Lanfranchi
(sortie le 17 septembre 2021)

Jerry Lewis, clown rebelle de Gregory Monro
(sortie le 1er octobre 2021)

Tony Curtis, le gamin du Bronx de Ian Ayres
(sortie le 15 octobre 2021)

Tarzan, aux sources du mythe de Robert De Young
(sortie le 5 novembre 2021)

Tintoretto - The Man Who Killed Painting de Erminio Perocco
(sortie le 19 novembre 2021)

Anthony Perkins, l’acteur derrière la porte de Christophe Champclaux
(sortie le 3 décembre 2021)

Finding Vivian Maier de John Maloof et Charlie Siskel
(sortie le 17 décembre 2021)

Marina Abramovic: The Artist is Present de Matthew Akers et Jeff Dupre
(sortie le 17 décembre 2021)

Peggy Guggenheim: Art Addict de Lisa Immordino Vreeland
(sortie le 17 décembre 2021)

Les lauréats du FIFA 39

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de dévoiler les lauréat·e·s de sa trente-neuvième édition qui s'est tenue du 16 au 28 mars 2021. Cette année, seize longs-métrages et vingt-cinq courts-métrages figuraient en compétition officielle. Ils ont concouru pour remporter l’un des sept prix décernés par le jury : le Grand Prix, le Prix du jury, le Prix du meilleur essai, le Prix du meilleur portrait, le Prix de la meilleure oeuvre canadienne, le Prix du meilleur court-métrage et le Prix du meilleur court-métrage canadien.

«C'est avec beaucoup de plaisir que nous vous dévoilons le palmarès de la 39e édition du FIFA. Nous remercions chaleureusement tou·te·s les membres du Jury d’avoir accepté notre invitation à participer aux choix de ce palmarès.», a déclaré Jacinthe Brisebois, Directrice de la programmation des films sur l'art du FIFA.

Prix du meilleur court-métrage

Being and Becoming, réalisé par Maite Abella
Pays-Bas | 2019 | 9 min 11 s | Catalan / sous-titres : français

«Dans une interview récente, le metteur en scène Mohamed El Khatib affirme: "on devrait juger une pièce de théâtre sur sa capacité à déranger, au sens où vous êtes rangé d'une certaine façon et quand vous en sortez vous êtes rangé autrement". C'est exactement l'effet que provoque le film de Maite Abella. Avec une liberté, une simplicité et une efficacité redoutable, Being and Becoming propose au spectateur de changer de perspective. Voici un film d'art qui ne porte pas sur un artiste ou une œuvre d'art, mais sur ce qui fait la puissance de l'art: nous bouleverser, nous faire rêver, nous choquer, nous faire changer de point de vue. Aùpa y hasta luego Maite!», a déclaré le jury.

Prix du meilleur court-métrage canadien

Nouveauté cette année: un jury composé d'étudiant·e·s en cinéma de niveau collégial issu·e·s de sept Cégeps a remis le Prix du meilleur court-métrage canadien après avoir visionné vingt courts-métrages soumis dans cette catégorie (composition de ce jury indiquée ci-bas).

Navigation, réalisé par Marlene Millar

Canada | 2020 | 13 min 30 s | Sans dialogue

Pour son exploitation judicieuse de l’espace, sa composition sonore enlevante et ses images époustouflantes, pour son partage généreux à travers une attention au détail toute particulière, le jury étudiant remet le Prix du meilleur court métrage canadien au film Navigation de Marlene Millar.

Mention spéciale

Enracinée, réalisé par Annie Leclair

Canada | 2020 | 7 min 15 s | Français / sous-titres : anglais

Pour sa force humble et la puissance de son message artistique, pour sa justesse et pour nous avoir fait découvrir une artiste inspirante qui nous a émus au-delà des mots, le jury étudiant souhaite remettre une mention au film Enracinée d’Annie Leclair.

Prix de la meilleure oeuvre canadienne

Habiter le mouvement - Un récit en dix chapitres, réalisé par Beatriz Mediavilla
Canada | 2019 | 1 h 1 m 39 s | Français, anglais et espagnol / sous-titres : anglais

«Nous souhaitons souligner la bienveillance au sein de la démarche du chorégraphe Thierry Thieû Niang. L'humilité qui se dégage du portrait de son travail à travers les corps et les gestes de citoyen·ne·s de générations différentes, nous a touchés. La diversité de chacun des corps et de chacun des gestes nous éveille à l’infinité et à l’universalité de l’art de la danse. Le Prix de la meilleure œuvre canadienne est remis à Habiter le mouvement - Un récit en 10 chapitres, réalisé par Béatriz Mediavilla.», a expliqué le jury.

Prix du meilleur portrait

The Vasulka Effect, réalisé par Hrafnhildur Gunnarsdottir
Islande / République Tchèque / Danemark | 2019 | 1 h 27 min | Anglais / sous-titres : anglais

«L'histoire d'un couple exceptionnel et iconoclaste, à travers son expérience de l'immigration, son abnégation au profit de l'art, et sa façon d’incarner l'art et la vie artistique. En matière d’innovation et de technique analogique, ces pionnier·ère·s ont laissé un héritage important, qui demeure avant-gardiste. Le Prix du meilleur portrait est attribué à The Vasulka Effect, réalisé par Hrafnhildur Gunnarsdóttir.», a souligné le jury.

Prix du meilleur essai - ex aequo

Akeji, le souffle de la montagne, réalisé par Corentin Leconte et Mélanie Schaan
France / Japon | 2020 | 1 h 12 m 40 s | Japonais / sous-titres : anglais

Le jury a insisté sur les qualités suivantes du film : «Dans Akeji, le souffle de la montagne, la relation entre l'humanité, la nature et la création artistique est totale et puissante. Ce couple est une œuvre d'art : sa façon de vivre est précieuse, fragile et en quelque sorte menacée.»

Prix du meilleur essai - ex aequo

J'ai retrouvé Christian B., réalisé par Alain Fleischer
France | 2020 | 1 h 27 m | Français / sous-titres : anglais

«J'ai retrouvé Christian B. nous présente une grande figure et un artiste infatigable, que les recherches et l'obsession de la mort rendent immortel. Sa relation avec le cinéaste Alain Fleischer est liée à une longue amitié, vitale, artistique, qui refuse les tabous. Le film raconte cinquante années du journal intime de cette amitié.» , a déclaré le jury.

Prix du jury

Beijing Spring, réalisé par Andy Cohen et Gaylen Ross
États-Unis | 2020 | 1 h 40 min | Chinois / français / anglais | sous-titres : anglais

Le jury a été particulièrement impressionné par le film : «La liberté d'expression est toujours d'actualité, non seulement en Chine, mais dans de nombreux endroits du monde. L'art est politique : même dans l'obscurité, les Stars ont pu éclairer le Mur de la Démocratie par l'art et la poésie. Ce film nous a fait réaliser à quel point nous sommes privilégié·e·s et reconnaissant·e·s, en tant qu'artistes, de pouvoir nous exprimer librement et même de parler à nos dirigeants. Le Prix spécial du Jury est décerné à Beijing Spring, réalisé par Andy Cohen et Gaylen Ross.»

Grand prix

Queen Lear, réalisé par Pelin Esmer
Turquie | 2019 | 1 h 24 min | Turc / sous-titres : anglais

Le Grand Prix du Jury est attribué à Queen Lear, réalisé par Pelin Esmer. Le jury a salué cette oeuvre: «‘‘ Si vous pouvez moissonner, vous pouvez agir’’: cette phrase puissante des actrices de la troupe du Théâtre d’Arslanköy nous a ramenés à l'essence du théâtre, et rappelé que l’art peut être un instrument de révolution, à l'intérieur comme à l'extérieur de soi. Il est merveilleux d’observer comment le fait d’être membre d’une troupe de théâtre féministe donne du pouvoir, de l'estime de soi et le sentiment de prendre en main son propre destin. Ces femmes réalisent leurs rêves et deviennent des modèles pour les générations futures.»

Le jury de la trente-neuvième édition

Le jury longs métrages est composé de Christine Beaulieu, artiste, dramaturge et comédienne (Montréal), Eunice Bélidor, directrice de la FOFA Gallery de l’Université Concordia (Montréal), Roberto Pisoni, directeur du Sky Arte (Milan), Brigitte Poupart, réalisatrice, comédienne et metteure en scène (Montréal) et Yu Shimizu, programmatrice chez Visual Industry Promotion Organization – VIPO (Tokyo).

Le jury courts métrages est composé de David Combe, rédacteur en chef de l’émission culturelle Tracks pour ARTE France (Paris), Brittany Shaw, assistante curatoriale au Museum of Modern Art Department of Film (New York) et Mani Soleymanlou, comédien, dramaturge et metteur en scène québécois, directeur artistique désigné du Théâtre français du Centre national des arts (CNA) à Ottawa.

Un jury composé d’étudiantes et étudiants en cinéma de sept cégeps a remis le prix du meilleur court métrage canadien. Il s’agit de Marianne Bousquet du Collège André-Grasset (Montréal), Émile Crevier du Collège de Maisonneuve (Montréal), Vincent Dallaire du Cégep de l’Outaouais (Gatineau), Coralie Ford du Cégep Garneau (Québec), Élie Jonathan Okounou du Cégep Édouard-Montpetit (Longueuil), Jorge Contreras Portillo du Cégep Marie-Victorin (Montréal) et Marianne Richard du Cégep du Vieux Montréal (Montréal). Ces jeunes ont vécu l’expérience d’un jury professionnel et apporté un regard frais sur la grande diversité d’œuvres canadiennes en compétition.

Les trophées

Ayant à cœur de promouvoir la création artistique québécoise, Le Festival International du Film l’Art souhaite valoriser le talent d’artistes locaux. Cette année, pour la conception des trophées de la trente-neuvième édition, le choix s’est porté sur l’Atelier Pascale Girardin, reconnu sur la scène internationale dans les domaines de la céramique, du design et des arts visuels.

En collaborant avec Pascale Girardin, Le FIFA souhaite rendre hommage à la richesse des métiers d’art du Québec. Choisir une artiste dont le talent artistique et la sensibilité se retrouvent dans chacune de ses créations, donnant un profond sentiment de contemplation et de résonance avec les éléments.

Depuis 1996, Pascale Girardin œuvre entre le monde de la céramique, des arts visuels et du design, où se côtoient vaisselle, objets d’art, installations et œuvres d’art intégrées à l’architecture. Ses études l’ont menée vers la biologie (Université de Montréal), les arts visuels (BFA de l’université Concordia et Maîtrise en arts visuels et Médiatiques à l’UQAM), la céramique (Centre de Céramique Bonsecours) et le design (GradCert Université Concordia). Son travail à titre d’artiste et de designer lui a valu plusieurs prix et distinctions, notamment le Prix Pierre-Pagé et des bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Les oeuvres de Pascale Girardin complémentent l’architecture de nombreux établissements de luxe aux quatre coins du globe y compris pour le restaurant Nobu Broadway de New York, l’hôtel Four Seasons de Montréal, Saks Fifth Avenue, le restaurant Clement à New York, les résidences privées du Four Seasons de Pudong, le Printemps Paris et le Al Badia Golf Club à Dubaï.

Lanaudart logo

Le guide bimensuel des arts et de la culture de Lanaudière
Depuis quatre ans! / 54e édition

Accueil | Ce mois-ci | Bientôt | Expositions / Littérature | Actualités | Portraits | Cinéma / Guide

Nous joindre

© 2017-2021 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.