Lanaudart logo Édition juillet 2021 / 49e édition
4
Déjà quatre ans!
Mise à jour: 6 juillet 2021
Le Festival de Lanaudière de Joliette

Vers 1975, un bon nombre d’organismes musicaux fonctionnaient régulièrement à Joliette : un centre culturel dont dépendait la présentation des concerts, plusieurs écoles de musique, trois orchestres de jeunes, un camp musical d’été, un concours de musique régional, des chorales… un environnement musical était en place et attendait quelque chose de plus.

En 1977, une occasion se présente au directeur du Centre culturel, le Père Fernand Lindsay, Clerc de St-Viateur, de risquer trois concerts de l’Orchestre symphonique de Montréal pendant l’été, dans la Cathédrale de Joliette. L’accueil du public joliettain est bon. C’est le temps d’aller plus loin. Se souvenant des festivals qu’il avait fréquentés en Europe, quelques années auparavant, le Père Lindsay voit que le moment est venu de réaliser ce dont il avait rêvé. C’est alors que se joignent à lui deux alliés qui seront au cœur du développement du Festival pendant plusieurs années : Marcel Masse et René Charette.

Le Festival devient un véritable moteur de développement touristique et économique pour toute la région de Lanaudière. Mais il lui manque un outil indispensable pour accomplir pleinement sa vocation : un amphithéâtre extérieur. «Sa construction», affirme René Charette, président du Conseil, «représente une chance inouïe de conquérir un peu plus notre marché culturel en créant un centre d’excellence.»

En 1989, le Festival prend donc un tournant décisif avec ce nouvel amphithéâtre qui peut accueillir deux mille personnes sous le toit, et six mille sur les pelouses. Plusieurs artistes et plusieurs critiques musicaux qui ont vu tous les autres équipements du genre aux États-Unis ne tarissent pas d’éloges sur l’amphithéâtre de Lanaudière, en particulier sur sa réussite acoustique.

L’architecte Michel Gallienne, et ses collègues, le scénographe Yvon Sanche et l’acousticien Lionel J. Lortie, tous trois de Québec, ont vraiment créé une merveille; et de l’avis de tous, le cadre est enchanteur. «La musique s’est fait un nid dans Lanaudière et il en sortira de grandes choses», dit le Père Lindsay le soir de l’inauguration de l’édifice.

Avec la nomination d’une co-directrice artistique, Louise Forand-Samson, et d’un nouveau directeur général, François Bédard, les années 1990 consolident toujours davantage les succès antérieurs. La qualité des concerts est toujours maintenue, la participation populaire et la notoriété ne cessent de s’accroître de même que l’enthousiasme des critiques et des mélomanes. Le Festival international de Lanaudière s’est taillé une place enviable et un créneau original parmi les hauts lieux de diffusion musicale.

Un plan d'avenir et un don historique

En cette année sans précédent, l'équipe du Festival de Lanaudière s'est replongée dans sa riche histoire afin de mieux se projeter vers l'avenir. Dans le cadre d'un exercice de planification stratégique qui a mis à contribution des dizaines de festivaliers, donateurs, partenaires et élus, le conseil d'administration et l'équipe du Festival ont défini leur nouvelle vision pour l'avenir : faire de la région de Lanaudière le pôle canadien de la musique classique.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, le Festival travaillera en collaboration avec le milieu musical de la région et renforcera son statut de festival de référence en musique classique au pays, réaffirmant ainsi le rôle essentiel de la culture comme moteur économique et touristique pour Lanaudière.

Depuis sa fondation, le Festival s'est toujours attaché à créer des événements audacieux et accessibles, autant de rencontres entre son public et des artistes de calibre international, d'ici comme d'ailleurs. «Si la période que nous traversons demeure exigeante, difficile, elle est aussi extraordinairement prometteuse. Elle s'apparente à une refondation. Nous nous projetons vers l'avenir sans dévier de nos objectifs de développement et imaginons des partenariats artistiques qui feront de Lanaudière un extraordinaire carrefour culturel», explique Renaud Loranger, directeur artistique.

Un don pour l'avenir

Cette nouvelle vision s'est récemment incarnée de manière très concrète grâce à un acte d'une générosité exceptionnelle. Le Festival de Lanaudière a reçu le don historique d'un édifice au centre-ville de Joliette, cédé par l'homme d'affaires joliettain Gérard Descheneaux, grand amateur des arts et ami du Festival depuis fort longtemps. Cet édifice, situé au 165-167 rue St-Paul, deviendra le quartier général de la musique dans la région, et pourra accueillir des activités musicales pour tous les publics.

«Le Père Lindsay, René Charette et Marcel Masse, les trois cofondateurs du Festival, voyaient grand et savaient qu'ils pouvaient transformer des vies grâce à la musique. Je suis honoré de pouvoir contribuer à leur héritage, si bien porté par l'équipe du Festival, et de pouvoir offrir à la région un lieu où petits et grands pourront découvrir la musique», déclare M. Descheneaux.

«La générosité de M. Descheneaux nous laisse, l'équipe et le conseil d'administration du Festival, sans mot. Le don de ce bâtiment est visionnaire : il solidifiera l'enracinement du Festival dans Lanaudière, notamment par des activités pour les jeunes publics, fédérera la communauté musicale lanaudoise et permettra d'accueillir les plus grands artistes d'ici et d'ailleurs», mentionne le directeur général, Xavier Roy.

Des projets et des plans plus concrets seront bientôt dévoilés concernant les rénovations et l'utilisation future du bâtiment. Déjà, des discussions ont cours avec des organismes et artistes d'ici et de l'étranger, laissant entrevoir un avenir proche où la musique résonnera plus fort que jamais dans Lanaudière.

Un Festival cet été!

L'équipe prépare actuellement un festival de haut vol, dont les concerts auront lieu devant public et respecteront les consignes sanitaires en vigueur. Les détails seront dévoilés d'ici quelques semaines.

«L'expérience des festivaliers sera au cœur de nos préoccupations. Malgré la pandémie, nous voulons faire vivre de grands moments musicaux avec les plus grands artistes aux mélomanes de partout dans le monde, tout en redonnant aux Lanaudois la fierté d'avoir ce grand Festival dans leur cour», soutient Xavier Roy.

Lancement de la campagne annuelle de dons

La philanthropie est essentielle à la santé du Festival. La campagne annuelle de don permet d'outiller l'équipe dans la poursuite de ses ambitions et ainsi soutenir une programmation captivante. Il est possible de donner en ligne sur le site Internet du Festival.

Alliant tradition et renouveau, le Festival de Lanaudière dévoile sa programmation sous le thème Vibrez d'enchantement et retrouve son public avec bonheur cet été du 17 juillet au 8 août.

«Le Festival existe pour le public et renouer avec lui nous emplit d'une profonde émotion. En plus de célébrer ces retrouvailles, cette édition nous permettra de réfléchir à ce que nous avons traversé et ce dont nous avons été privés pendant la pandémie : la musique, la beauté, mais surtout la rencontre avec l'autre et la liberté du partage», explique Renaud Loranger, directeur artistique.

Ainsi, la région vibrera au rythme de dix grands concerts à l'Amphithéâtre Fernand-Lindsay, cinq récitals dans les plus belles églises de Lanaudière, en plus d'une quinzaine de prestations gratuites dans les parcs et l'espace public du Grand Joliette. Quatre diffusions numériques payantes des grands concerts de l'été et quatre projections gratuites de films musicaux en plein air complètent la programmation.

Retrouvailles et découvertes

Comme tous les organisateurs d'événements, l'équipe du Festival a jonglé avec de nombreux scénarios dans les derniers mois, voire jusque dans les tout derniers jours, avec pour objectif d'offrir des concerts dignes de la programmation habituelle. Si les festivaliers retrouvent de grands solistes et ensembles invités régulièrement à Joliette, ils feront aussi la découverte de plusieurs musiciens de la nouvelle génération.

«Cette saison ne ressemble à aucune autre et elle n'est possible que grâce à l'enthousiasme et à la flexibilité des artistes et ensembles canadiens. Nous leur en sommes extrêmement reconnaissants», mentionne monsieur Loranger. Selon l'évolution du calendrier de réouverture des frontières, le Festival se réserve la possibilité d'ajouter des concerts à la programmation dans les prochaines semaines.

Programmation à l'Amphithéâtre Fernand-Lindsay

Premier weekend

Samedi, 17 juillet : l'Orchestre symphonique de Montréal ouvre la saison avec la Symphonie no 5 et l'ouverture Leonore III de Beethoven, ainsi qu'avec les Métamorphoses de Strauss, sous la direction de Jacques Lacombe, qui revient au Festival après plus de dix ans d'absence. Présenté par Hydro-Québec.

Dimanche, 18 juillet : le Chœur de l'Orchestre symphonique de Montréal propose un programme a cappella, sous la direction de son chef Andrew Megill. Un après-midi de chant choral, couvrant des siècles de musique, avec l'amour et la nature en toile de fond. Présenté par Tourisme Québec.

Deuxième weekend

Vendredi, 23 juillet : Les Grands Ballets Canadiens reviennent à l'Amphithéâtre, forts de leur succès de 2019, et donnent la première mondiale de la chorégraphie Requiem d'Andrew Skeels, sur la musique du Requiem allemand de Brahms. Une soirée de recueillement en hommage aux victimes de la pandémie de COVID-19. Présenté par La Presse.

Samedi, 24 juillet : les Violons du Roy, sous la direction de Nicolas Ellis, s'allient au violoniste virtuose canadien Kerson Leong, qui fait ses débuts au Festival, dans un concert éclectique unissant Vivaldi, Boccherini, Durante… et les fameuses Saisons de Buenos Aires de Piazzolla! Présenté par le Groupe Canimex.

Dimanche, 25 juillet : la soprano québécoise Karina Gauvin, l'une des voix les plus auréolées de la planète, se joint aux Violons du Roy et Nicolas Ellis, et interprète des airs de Gluck et Mozart. Programme complété par la Symphonie no 39 de Haydn et la Symphonie no 25 de Mozart. Présenté par Desjardins.

Troisième weekend

Vendredi, 30 juillet : l'Orchestre symphonique de Montréal, sous la baguette de Jacques Lacombe, offre le rare Concerto «Champêtre» de Poulenc pour clavecin et orchestre, avec la Québécoise Mélisande McNabney, qui fait ses débuts comme soliste au Festival. La Première Symphonie de Prokofiev et la Symphonie no 104 de Haydn complètent la soirée. Présenté par Desjardins.

Samedi, 31 juillet : la musique française est à l'honneur avec l'Orchestre symphonique de Montréal, le chef Jacques Lacombe et le violoncelliste canadien Bryan Cheng, qui fait lui aussi ses débuts au Festival. Au programme : la suite Pelléas et Mélisande de Fauré, la Symphonie en do de Bizet et le Concerto pour violoncelle no 2 de Saint-Saëns, interprété sur l'instrument de la création en 1902! Présenté par la Ville de Joliette.

Quatrième weekend

Vendredi, 6 août et samedi, 7 août : le pianiste Marc-André Hamelin, un favori du public lanaudois, sera à nouveau réuni avec Yannick Nézet-Séguin et l'Orchestre Métropolitain. Après Brahms en 2019, c'est Beethoven qu'ils explorent ensemble dans une intégrale en deux concerts des cinq concertos pour piano du compositeur. Un doublé qui relève de l'exploit, pour des musiciens qui ne cessent de nous impressionner! Présenté par Ratelle (6 août) et Yamaha (7 août).

Dimanche, 8 août : en clôture du Festival, Yannick Nézet-Séguin et l'Orchestre métropolitain proposent la Symphonie «Du Nouveau Monde» de Dvořák, l'une des œuvres les plus populaires de tout le répertoire, la création d'une œuvre de la compositrice canadienne Barbara Assiginaak, ainsi que les Fresques de Piero della Francesca de Martinů. Conclusion grandiose d'une saison unique! Présenté par La Fondation Sandra et Alain Bouchard.

Concerts en églises

Présenté par Desjardins.

Mercredi, 21 juillet, à l'église de Saint-Sulpice : le Quatuor Molinari et Catherine Perrin (clavecin et narration) interprètent dix Fables de La Fontaine, sur des œuvres de Jean-Philippe Rameau, Samuel Barber et Denis Gougeon.

Mardi, 27 juillet, à l'église de Saint-Alphonse-Rodriguez : la claveciniste Mélisande McNabney se livre dans un récital intimiste de musique baroque française (D'Anglebert, Rameau, Forqueray), dont certaines transcriptions de sa plume.

Mercredi, 28 juillet, à la Cathédrale de Joliette : l'incontournable pianiste joliettain Charles Richard-Hamelin offre l'intégrale des Préludes de Chopin, précédée d'œuvres de Mozart.

Mercredi, 4 août, à l'église de Saint-Paul : la soprano et pianiste canadienne Rachel Fenlon propose un récital hors du commun, s'accompagnant elle-même au piano dans des mélodies de Schubert, Debussy, Grieg et Messiaen.

Jeudi, 5 août, à l'église de Saint-Barthélemy : le duo d'exception, Charles Richard-Hamelin et Andrew Wan (violon solo de l'OSM), présente l'intégrale des Sonates pour violon de Schumann.

Dans les parcs et espaces publics

Parallèlement à sa programmation habituelle, le Festival proposera une quinzaine de concerts dans les parcs de Lanaudière, avec une brochette d'artistes extrêmement relevée, incluant Vincent Lauzer, Ariane Brisson, Elinor Frey et bien d'autres.

«Grâce au Festival, Lanaudière devient le pôle canadien de la musique classique chaque été. Pour faire vibrer encore davantage la région, nous voulons investir l'espace public et rejoindre les gens où ils se trouvent. Les amateurs de musique pourront découvrir des prestations musicales exceptionnelles au détour d'une promenade sur le bord de la rivière L'Assomption, autour d'un feu de camp dans un parc ou dans le confort de leur foyer grâce aux quatre webdiffusions», explique Xavier Roy, directeur général.

Billetteries

Les billets de l'édition 2021 sont en vente dès maintenant!

Billetterie de l'Amphithéâtre
450 759-4343 / 1 800 561-4343

lanaudiere.org

En personne à partir du 13 juillet

Festival en temps de distanciation

L'Amphithéâtre pourra accueillir cet été plus de mille deux cents personnes, dont quatre cent cinquante sous le toit. Sur la pelouse, les espaces seront bien définis par des bulles numérotées. Il est recommandé de réserver son espace en ligne. Même si elles sont gratuites, les séances de cinéma en plein air nécessitent également de réserver sa place en ligne.

Afin de restreindre les déplacements, les concerts seront présentés sans entracte. Comme d'habitude, les gens sur la pelouse pourront apporter leur pique-nique, ainsi que leurs chaises (aucun prêt sur place). Les portes seront ouvertes deux heures avant le début du concert. Une offre alimentaire limitée sera disponible sur le site et en périphérie de celui-ci. Pour les informations les plus à jour, consultez la section Covid-19 sur lanaudiere.org.

Le grand retour de Kent Nagano

Le Festival de Lanaudière ajoute un concert à sa programmation et lancera son édition 2021 en offrant des retrouvailles inattendues avec Kent Nagano, le vendredi, 16 juillet, à vingt heures. À cette occasion, le chef dirigera l'Orchestre symphonique de Montréal dans la Symphonie no 4 de Gustav Mahler, avec la soprano Hélène Guilmette, ainsi que le Prélude à l'Après-midi d'un faune de Claude Debussy. Il s'agira de la première exécution de cette symphonie de Mahler dans l'histoire du Festival.

Kent Nagano est de retour au Festival de Lanaudière spécifiquement pour ce concert. «La venue de Kent Nagano, inespérée il y a encore quelques jours et rendue possible par la réouverture partielle des frontières, témoigne de son profond attachement et de son amitié envers le Festival et son public», explique le directeur artistique Renaud Loranger. «Son interprétation de la Troisième Symphonie de Mahler, avec l'OSM en 2019, est restée gravée dans les mémoires. Cette soirée d'ouverture promet de profondes émotions.»

Les billets de ce concert sont disponibles dès le jeudi, 8 juillet, à midi.

Des centaines de nouveaux billets mis en vente pour tous les concerts

Les plus récents assouplissements annoncés par la Santé publique du Québec permettront d'accueillir davantage de spectateurs à l'Amphithéâtre Fernand-Lindsay, tout en assurant des mesures sanitaires rigoureuses. Pour tous les concerts, le nombre de personnes admises sous le toit grimpera de quatre cent cinquante à huit cent trente et un. Ainsi, quelques centaines de nouveaux billets sont maintenant disponibles pour tous les concerts, dont plusieurs affichaient complets sous le toit depuis plusieurs jours.

Une répétition publique de Yannick Nézet-Séguin et l'Orchestre Métropolitain

Afin d'offrir un baume à des personnes éprouvées par la dernière année, le Festival présentera le jeudi, 5 août, un rendez-vous unique à l'Amphithéâtre Fernand-Lindsay. Environ deux cent cinquante personnes affiliées au milieu de la santé et à divers organismes communautaires de la région de Lanaudière pourront assister à une répétition de l'Orchestre Métropolitain sous la direction du chef Yannick Nézet-Séguin. Cette initiative est rendue possible grâce à Power Corporation du Canada.

Une programmation riche

L'équipe du Festival a préparé une programmation grandiose pour son édition 2021. Kent Nagano, Yannick Nézet-Séguin, Karina Gauvin, Charles Richard-Hamelin, Bryan Cheng, Rachel Fenlon, Marc-André Hamelin, Jacques Lacombe et Mélisande McNabney ne sont que quelques-uns des talentueux artistes qui se succéderont lors des seize concerts à l'affiche du 16 juillet au 8 août, en plus d'offrir quatre concerts en webdiffusion. Également, le Festival présente ses quatre cinémas gratuits en plein air et pour la première année une quinzaine de concerts spontanés gratuits dans la région du Grand Joliette.

Lanaudart logo

Le guide des arts et de la culture de Lanaudière
Déjà quatre ans! / 49e édition

Accueil | Ce mois-ci | Bientôt | Expositions / Littérature | Actualités | Portraits | Cinéma / Guide

Nous joindre

© 2017-2021 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.