Lanaudart logo Édition juillet 2022 / 71e édition
6
Dans sa sixième année!
Mise à jour: 23 octobre 2021
Les gens heureux, un nouvel album

Après avoir dévoilé les extraits «Les gens heureux», «Trop court l’été» — qui se sont attirés une réception fort favorable en plus de s’être frayé un chemin franc vers les ondes radiophoniques de la province —, la trajectoire du récent effort de l’artiste s’amorce de belle façon. Orchestré dans un univers acoustique et épuré, Les gens heureux s’amène ainsi, telle une touchante offrande d’honnêteté. Nouvel arrivage très attendu de chansons signées Alexandre Désilets, l’opus de dix titres pose au centre de sa proposition la voix magnifique et singulière de l’auteur-compositeur-interprète.

Tandis que le bonheur à toute épreuve semble l’idéal à projeter, l’artiste s’intéresse ici à cette tendance que présente l’humain à se conformer excessivement aux comportements attendus, quitte à taire sa propre subjectivité. Une normopathie du bien-être. Dans cette sempiternelle quête de l’amour celle d’aimer et d’être aimé, qui comme toujours, guide l’action. Désilets revisite l’image et la met à sa main.

Fidèle dans ses collaborations, il fait équipe avec le multi-instrumentiste Jean-François Beaudet, avec qui il compose, arrange et coréalise. S’ajoutent ici à eux Rémy Malo à la basse et Robbie Kuster à la batterie.

Toujours enclin à susciter l’introspection et la réflexion tout en donnant aux corps l’irrésistible envie de s’animer, Désilets — son talent certain, sa créativité et son grand sens mélodique — continue de s’imposer sur la scène musicale québécoise. Les gens heureux en est la plus récente, et convaincante, attestation.

Extravaganza d'Alexandre Désilets

Déployant avec assurance interprétations vibrantes et mélodies contagieuses, Alexandre Désilets réitère son inclination avouée pour la pop texturée avec EXTRAVAGANZA, un EP d'envergure paru le 18 janvier 2019.

Aux commandes de cette voix unique, affilée, qu'il nous tend tel un instrument, l'artiste de tête, de corps et de cœur propose un nouveau maxi hautement dansant, mais réfléchi, constellé de sonorités électro et de grooves rétro dans leurs contours. Faisant suite, sans trop leur ressembler, au salué FANCY GHETTO et à l'audacieusement orchestral WINDIGO - ce dernier lui ayant d'ailleurs valu deux Félix en 2017 -, le six-titres impose son rythme.

Accompagné de son fidèle complice Jean-François Beaudet, qui co-signe la musique de tous les titres de l'EP, l'auteur-compositeur-interprète s'adjoint, en prime, la plume affûtée de Jeff Moran ("Méditerranée", "Le manque a gagné") et la musicalité de Rémy Malo ("Mon démon"). Enclin à faire remuer les hanches et les épaules, le résultat revigore dès ses premières notes.

Fort d'une carrière longue de plus de dix ans, Alexandre Désilets fait le vœu de se réinventer. Et à défaut de décevoir, il enchante. Encore et toujours.

Alexandre Désilets dévoile
Les gens heureux

Quelques mois après avoir lancé le EP Down de nos Highs, l’auteur-compositeur-interprète montréalais, Alexandre Désilets, revient avec la pièce-titre d’un nouveau long jeu attendu dont la sortie est prévue à l’automne.

Franc et assuré, Alexandre Désilets récidive, usant de ce don qui est sans contredit le sien : celui d’aborder la noirceur tout en faisant danser. Comme une pulsion, chargée et libératrice, où le corps n’a nul autre choix que de bouger pour lâcher prise.

Tandis que le bonheur à toute épreuve apparait comme l’idéal à projeter, l’artiste s’intéresse à l’idée d’une félicité surfaite, et de ce qui se cache derrière. À travers un rythme douloureusement invitant, le voilà qui plonge sous la surface avec «Les gens heureux».

Oh, méfiez-vous des gens heureux
Pour qui le ciel est toujours bleu
Y’a que les fous qui restent heureux
Qui font semblant de sourire même quand il pleut

Fidèle dans ses collaborations, il fait à nouveau équipe avec le multi-instrumentiste Jean-François Beaudet, avec qui il compose, arrange et co-réalise. S’ajoutent ici à eux Rémy Malo à la basse et Robbie Kuster à la batterie.

Dépouillée à l’ouverture, mais portée malgré tout par un rythme incessant, la chanson grandit et s’électrifie au fur et à mesure qu’elle progresse. La basse groovy se mêle alors à la brillance de l’électro, qui se marie à son tour à la mélancolie du finger picking de la guitare et des chœurs hauts perchés, limpides. C’est que l’artiste affectionne les contrastes. Et ils le servent bien. Avec une sensibilité et une maîtrise remarquables, il habite le paysage culturel comme peu y parviennent et ce, depuis plus d’une décennie. Sans contredit, sa voix ample et texturée demeure l’instrument autant que le moteur de sa création. Et là où Alexandre Désilets veut se rendre, il se rend.

Lanaudart logo

Le guide bimensuel des arts et de la culture de Lanaudière
Dans sa sixième année! / 71e édition

Accueil | Ce mois-ci | Bientôt | Expositions / Littérature | Actualités | Portraits | Cinéma / Guide

Nous joindre

© 2017-2022 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.