Lanaudart logo Édition juillet 2022 / 71e édition
6
Dans sa sixième année!
Mise à jour: 10 mai 2021
Plants and Animals dévoile Sacrifice

Le trio montréalais Plants and Animals dévoile «Sacrifice», une percutante nouvelle chanson tirée de son prochain album. «Voici une chanson à propos de ce que les gens sont prêts à faire pour se sentir acceptés et pour goûter brièvement au bonheur», explique le groupe. «Le concept était d’avoir deux sections contrastantes l’une avec l’autre, avec des transitions abruptes entre elles. D’abord, il y a ce cycle rythmique à la fois hypnotisant et intense, avec une piste vocale qui flotte à travers le tout de façon onirique et planante. Puis pow! Les nuages se dissipent et il y a un refrain simple et direct. C’est la clarté qui vient avec le recul. Qu’on savoure. Avec peut-être un peu d’arrogance, parce qu’ensuite on retourne vers la folie de nouveau. Nous adorons jouer avec la tension et la libération. Cela est accompagné de sa propre poussée d’adrénaline

I gave you the best years of my life

volunteered on your behalf

sacrifice it doesn’t matter

for dopamine and lots of laughs

Plants and Animals est un emblématique trio montréalais qui a commencé à jouer ensemble à un jeune âge, puis qui a conquis la scène internationale en 2008 avec Parc Avenue, se bâtissant un bassin d’admirateurs diversifié grâce à ses disques autoproduits et ses intenses concerts. Parc Avenue a été encensé par la critique (Pitchfork 8/10) lorsqu’il a été lancé, en plein durant le moment musical où Montréal était considéré comme le nouveau Seattle. Un brillant trio d’auteurs-compositeurs, Plants and Animals est également incroyablement puissant sur scène, comme les musiciens l’ont prouvé lors de nombreuses tournées mondiales, où ils ont notamment assuré la première partie de Portugal, The Man, Gnarls Barkley et plusieurs autres. Trois autres albums ont suivi, maintenant l’engouement pour la formation : La La Land (2010) «des chansons complexes et superbes qui semblent aussi instinctives que le désir lui-même.» (Paste Magazine), The End of That (2012) «dynamique, constamment stimulant» (Spin) et Waltzed in from the Rumbling (2016) «leur moyenne au bâton est incroyablement forte» ★★★★ (Q Magazine). Le groupe a été inclus sur la courte liste (2008) et la longue liste (2010) du Prix de musique Polaris et a reçu de multiples nominations aux Prix JUNO et au Gala de l’ADISQ au fil des ans.

Plants and Animals annonce son nouvel album The Jungle

Le trio indie rock montréalais Plants and Animals annonce The Jungle, son cinquième album studio. Leur album le plus court à ce jour et assurément leur plus audacieux, The Jungle, offre huit chansons dans un monde plein de vacarme. L’album a été autoproduit et enregistré au studio du groupe, Mixart, à Montréal. Aujourd’hui, ils partagent l'extrait et vidéoclip, «House on Fire», un hymne énergique qui cadre parfaitement avec l’été surréaliste que le monde va traverser cette année. «House on Fire» est inspirée du sentiment troublant que Warren avait qu’un ami qui prenait trop de somnifères pourrait oublier d’éteindre son four.

Le groupe explique : «Nous avons commencé à travailler là-dessus il y a quelques années. Warren s’inquiétait pour la santé d’un ami. Il croyait qu’il s’automédicamentait trop et ne prenait pas soin de lui-même. Il ne pouvait pas se libérer de cette image d’un gars surmené qui avale trop de somnifères et qui s’endort avec le four allumé. Alors cela a commencé par la maison d’à côté, avant que Greta Thunberg transforme l’expression en cri de ralliement, où la Terre est la maison et c’est l’humanité qui est endormie. C’est terrifiant, et dans l’ensemble, nous ne sommes pas tant différents que cet ami, n’est-ce pas?»

The Jungle démarre avec une batterie électronique qui sonne comme des insectes la nuit. Tout un univers prend vie dans les ténèbres. C’est beau, complexe et déstabilisant. Systématique et chaotique. Juste de l’instinct, sans plan. Les voix raillent, «yeah yeah yeah». Ce moment trouble où on remarque sa propre réflexion dans l’ombre.

Chaque chanson est un tel paysage. La première finit abruptement et on devient un gamin qui regarde la lune à travers la fenêtre d’une voiture en se demandant comment elle peut demeurer aussi près alors qu’on file à toute vitesse le long d’une masse floue d’arbres. On voit une maison s’enflammer en tons de jaune, avec des échos du disco étrange de Giorgio Moroder, Donna Summer et David Bowie. On est pilonné par le rythme, puis libéré alors que l’environnement change soudainement — le vent se dissipe, la clarté revient. On est sous un lampadaire de Queens, dans la brume, au ralenti, en train de tomber amoureux. Et on parle maintenant en français, si ce n’était pas déjà le cas. Bienvenue.

Voici des expériences personnelles vécues dans un monde instable, des expériences qui nous renvoient ce monde directement au visage, même par accident. Il y a une chanson que Nic chante à son fils adolescent rendu anxieux par les changements climatiques et le passage à une indépendance inexplorée. Le groupe transporte le tout doucement ensemble jusqu’au bleu de l’horizon. Warren a écrit les paroles d’une autre pièce peu après avoir perdu son père. Le thème est que les choses dont on hérite ne sont pas nécessairement les choses qu’on désire. De façon plus générale, c’est la situation dans laquelle se retrouvent beaucoup de gens en ce moment.

Plants and Animals dévoile un nouvel extrait Le Queens

Le groupe Plants and Animals lance un tout nouvel extrait et le vidéoclip de «Le Queens». Il s’agit d’une chanson francophone avec la voix d’Adèle Trottier-Rivard, inspirée par une soirée passée à Queens, NY. «The Jungle», le cinquième album studio du groupe, a été lancé le 23 octobre 2020.

Le groupe partage l’inspiration de la chanson : «Woody s’est procuré cette machine qui permet à une batterie de jouer des échantillons, mais il ne savait pas comment l’utiliser. Malgré tout, il a découpé des accords de guitare de Warren et les a joués avec sa grosse caisse. Le résultat est un jam onirique et chancelant auquel nous nous sommes tous attachés. Nic a écrit la majorité des paroles en attendant en ligne chez Home Depot. Ça raconte une soirée dans Queens, à danser avec des inconnus, en remontant dans le temps au ralenti, tout en tombant amoureux.»

Le vidéoclip, réalisé par Yann-Manuel Hernandez, met en vedette le légendaire auteur-compositeur-interprète québécois Michel Rivard. Le réalisateur, à propos du processus créatif et du contexte entourant ce moment inattendu : «"Le Queens" est un hommage au cinéma québécois des années 1960 et 1970, à la Nouvelle Vague, à Groulx, au réveil du Québec, à l’amour qui perdure malgré tout, aux esprits libres et à la folie de la vie. Le groupe a complètement embarqué et nous avons même réussi à organiser un petit spectacle dans une ruelle de Montréal pour documenter des moments de vie. Cet aspect atypique se reflète aussi dans l’idée d’ajouter un épilogue au vidéoclip avec Michel Rivard, le fondateur de Beau Dommage, qui recrée une scène emblématique de la Nouvelle Vague : Rivard incarne Devos, et Spicer joue Belmondo.»

Plants and Animals dévoile un tout nouvel extrait
et vidéoclip Love That Boy

Plants and Animals lance un tout nouvel extrait et vidéoclip, «Love That Boy», une chanson intimiste inspirée de souvenirs d’enfance et d’une réflexion sur l’évolution constante de la famille. Warren partage l’inspiration de la chanson : «C’est une chanson à propos de ma famille, présente et passée, mais ça donne davantage l’impression d’être une méditation. J’étais de mauvaise humeur, frustré et convaincu que personne ne me connaissait vraiment – moi enfant, et le moi que je crois toujours être. Écrire la chanson m’a calmé et rassuré. C’était une façon d’entrer en contact avec mes parents décédés et avec ma nouvelle vie de père, et de prendre tout le monde dans mes bras.»

Le vidéoclip, réalisé par Yann-Manuel Hernandez, a également été inspiré par les souvenirs d’enfance de Warren. L’auteur-compositeur poursuit : «J’ai un fort souvenir d’être enfant sur le siège arrière de la voiture de mes parents filant sur la route la nuit, à Halifax. La lune brillait et je la regardais danser, interrompue par les arbres, comme un stroboscope ou un film d’animation image par image. Elle nous suivait pendant que la voiture s’éloignait et je ne comprenais pas. Rien d’autre que je voyais par la fenêtre ne nous rattrapait. Pourquoi la lune demeurait-elle au même endroit? Je n’avais pas pensé à ça depuis très longtemps, mais la chanson m’a replongé là-dedans.»

Rolling Stone France a décrit Plants and Animals comme un «brillant trio d’auteurs-compositeurs [qui] compte non seulement quatre albums acclamés par la critique à son actif, mais aussi un nombre de performances scéniques mémorables». Depuis juin 2020, le groupe a lancé trois extraits du nouvel album. Consequence of Sound a déclaré : «Les premiers extraits, “House on Fire” et “Sacrifice”, promettaient une collection de paysages sonores accrocheurs, mais complexes. Le plus récent échantillon du disque, “Le Queens”, offre un contrepoint à cette anarchie auditive — avec une touche de québécois.»

Plants and Animals partage un vidéoclip
pour la chanson The Jungle
Lanaudart logo

Le guide bimensuel des arts et de la culture de Lanaudière
Dans sa sixième année! / 71e édition

Accueil | Ce mois-ci | Bientôt | Expositions / Littérature | Actualités | Portraits | Cinéma / Guide

Nous joindre

© 2017-2022 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.